Mais pour le Kremlin, seuls les électeurs syriens ont le droit de décider du sort du président syrien.M. Kerry est soupçonné depuis des mois d'avoir mis de l'eau dans son vin et de s'être rapproché progressivement de la position russe sur l'avenir de M. Assad.Pour couper l'herbe sous les pieds d'éventuelles critiques, le porte-parole John Kirby a réaffirmé que la position des Etats-Unis n'avait "pas changé" et que la Syrie devait s'engager vers une transition politique "en dehors" de son chef de l'Etat.Mais les Etats-Unis ne disent plus depuis des mois que M. Assad doit partir immédiatement et entretiennent le flou sur son éventuel départ du pouvoir. Sac a main longchamp pas cher
Le coureur cycliste belge Daan Myngheer, 22 ans, victime d'un infarctus samedi lors de la première étape du Critérium international autour d'Ajaccio, est décédé lundi à l'hôpital d'Ajaccio, a annoncé son équipe, Roubaix Métropole Lille."Il a perdu sa dernière course après avoir lutté comme un grand champion. Il est décédé ce lundi à 19H08 en présence de ses parents, de sa soeur et de sa compagne, à l'hôpital d'Ajaccio", a indiqué son équipe, dans un message diffusé sur Facebook.Dann Myngheer est décédé au lendemain de la mort d'un autre coureur belge, Antoine Demoitié, 25 ans, victime dimanche d'une lourde chute en compagnie d'autres coureurs, et heurté par une moto alors qu'il se trouvait au sol, lors de la classique Gand-Wevelgem.Myngheer, qui aurait eu 23 ans le 13 avril, s'était arrêté samedi à une trentaine de kilomètres de l'arrivée de la première étape à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud) du Critérium international autour d'Ajaccio. Il était monté dans l'ambulance de la course où il avait fait un infarctus qui avait nécessité des soins immédiats en urgence.Dans l'après-midi, il avait été placé sous assistance respiratoire (intubé et ventilé), et évacué de la Polyclinique de Porte-Vecchio à l'hôpital d'Ajaccio, où il est décédé lundi. sac de voyage longchamp pas cher Dann Myngheer, champion de Belgique juniors 2011, était passé professionnel l'année dernière dans l'équipe Verandas Willems avant de rejoindre Roubaix Métropole Lille (3e division) cette saison.Dans son message sur Facebook, son équipe précise : "Daan va faire don de ses organes pour aider d'autres personnes, c'était sa volonté".Les enquêteurs ont réussi à accéder sans l'aide d'Apple au contenu de l'iPhone d'un des auteurs de l'attentat de San Bernardino (Californie), mettant ainsi fin lundi un bras de fer judiciaire et médiatique de plusieurs semaines avec la marque à la pomme.Le gouvernement a "accédé avec succès aux données stockées sur l'iPhone de (Syed) Farook et n'a donc plus besoin de l'assistance d'Apple", indique un document transmis à la justice lundi par les autorités américaines.Elles y demandent l'annulation de l'injonction judiciaire du 16 février avec laquelle elles avaient tenté d'obliger Apple à aider les enquêteurs."Notre décision de mettre fin à la procédure est basée seulement sur le fait qu'avec l'assistance récente d'un tiers, nous sommes maintenant capables de débloquer cet iPhone sans compromettre les informations dans le téléphone", a commenté Eileen Decker, procureure fédérale du centre de la Californie, dans un communiqué.L'identité du tiers en question et la méthode employée n'ont pas été divulguées. sac longchamp bandouliere pas cher
Contacté par l'AFP, Apple n'a pas réagi dans l'immédiat.Le gouvernement américain avait déjà ouvert la porte à une possible résolution de l'affaire en annonçant la semaine dernière être sur la piste d'une méthode proposée par des tierces parties et susceptible de débloquer l'appareil.L'expert en technologies Robert Enderle avait indiqué à l'époque à l'AFP qu'il pourrait s'agir de John McAfee, créateur de l'antivirus éponyme, ou d'un ex-employé d'Apple, remarquant par ailleurs que le téléphone de Syed Farook, un iPhone 5, était beaucoup moins sécurisé que les versions plus récentes de l'appareil.- Vie privée protégée -L'annonce de lundi met fin à une bataille très suivie en raison de ses implications potentielles en termes de sécurité publique et de protection de la vie privée, mais qui menaçait de s'éterniser avec des recours susceptibles de s'étaler sur des années et de remonter jusqu'à la Cour suprême.Washington tentait depuis mi-février de forcer Apple à l'aider à débloquer l'iPhone de Syed Farook, auteur avec sa femme Tashfeen Malik de l'attentat de San Bernardino qui a fait 14 morts le 2 décembre.Les autorités, soutenues par des familles de victimes, faisaient valoir que les données contenues dans l'appareil pouvaient s'avérer potentiellement cruciales pour déterminer comment l'attentat avait été organisé, et si le couple avait bénéficié d'aide extérieure.Apple refusait toutefois fermement de se plier aux injonctions judiciaires, soutenant qu'aider à décrypter le téléphone de Syed Farook créerait un dangereux précédent, sur lequel les autorités risquaient de s'appuyer à l'avenir pour réclamer l'accès aux données personnelles de nombreux citoyens pour diverses raisons.