Dans un pays marqué par un taux de chômage avoisinant 40% (60% chez les jeunes), les questions économiques et sociales avaient été au centre de la campagne électorale, tous les candidats promettant diverses mesures pour créer des emplois.L'autre enjeu de taille était celui de l'avenir politique du président sortant, à qui un récent changement de constitution - qualifié de "coup d'Etat constitutionnel" par l'opposition - a permis de se représenter.Unis par un pacte électoral contre M. Sassou Nguesso, cinq candidats de l'opposition se sont engagés à soutenir celui d'entre eux qui arriverait au second tour pour faire barrage au chef de l'Etat.- 'Craintes de l'opposition -"N'ayant aucune confiance dans la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) chargée de publier les résultats, les cinq candidats du pacte anti-Sassou - M. Kolélas, Jean-Marie Michel Mokoko, Claudine Munari, André Okombi Salissa et Pascal Tsaty Mabiala - ont créé une "commission technique" parallèle pour surveiller le scrutin.Ils avaient jugé avant le scrutin que les conditions n'étaient pas remplies pour des élections "sincères, crédibles et transparentes". Polo Lacoste Pas Cher
Dédaignant pour autant de boycotter le scrutin, ils ont appelé le peuple à "exercer sa souveraineté" dans le cas où le président sortant l'emporterait dès le premier tour, comme il l'a promis à ses partisans.Le gouvernement a jugé ces appels "insurrectionnels". Craignant des violences après le scrutin, les Nations unies avaient appelé jeudi toutes les parties au calme.Les délégués du pacte anti-Sassou avaient pour mission de photographier à l'aide de téléphones portables les procès-verbaux des bureaux de vote afin de compiler ses propres résultats pour les comparer à ceux publiés au niveau national.La coupure des communications les empêche de le faire.Jugeant que les conditions d'un scrutin transparent et démocratique n'étaient pas réunies, l'Union européenne avait renoncé à missionner des observateurs. L'Union africaine en a dépêché une trentaine, et la Conférence internationale sur les Grands Lacs (CIRGL) une vingtaine. Survetement Lacoste Pas Cher - Papier mat ou brillant -C'est en famille que le président américain va fouler lesol cubain. C'est la première fois qu'un dirigeant des États-Unis se rend dans le pays depuis 1928. Lors de sa visite de trois jours, Barack Obama ne devrait pas rencontrer Fidel Castro, mais plutôt son frère, l'actuel dirigeant cubain Raùl. Des portraits des deux hommes sont affichés dans les rues de La Havane. "C'est important, car cela fait de nombreuses années qu'on n’a pas vu un président américain", se réjouit une femme. Un jeune cubain enchérit : "Je pense que ça va nous emmener beaucoup de changements pour Cuba, améliorer l'économie, le tourisme." l'accord conclu entre l'Union européenne et la Turquie pour tenter de stopper l'afflux de migrants en Europe est entré en vigueur. Doudoune Lacoste Pas Cher
Il prévoit notamment la reconduite à la frontière de toutes les personnes entrées illégalement sur les îles grecques. La nuit dernière, un groupe de migrants voulait arriver en Europe avant l'aube de peur d'être renvoyés en Turquie. Alors, ils sont montés trop nombreux dans un mauvais canot. Le coeur d'un homme n'a pas tenu.Le cas des migrants économiquesEn une nuit, 875 nouveaux réfugiés sont arrivés à Lesbos, en Grèce. Tous craignent le nouvel accord conclu entre l'Europe et la Turquie. "On espère qu'ils ne vont pas appliquer l'accord.